Sommaire

La couverture de toiture est l’ouvrage qui termine le toit d’une construction. Surmontant le bâti, elle a bien sûr vocation à le protéger des intempéries. Vous pouvez choisir entre bien des couvertures différentes, selon vos goûts et la construction que vous faites. Dans tous les cas, elle doit être réalisée avec soin pour être durable.

 

 

La couverture d’une toiture : explications

Elle est un des éléments du toit et doit disposer de certaines propriétés.

Le principe du toit

Le toit d’un bâtiment est constitué par une structure porteuse (charpente ou dalle) et par un élément de recouvrement de cette structure. La structure dispose de propriétés de résistance à la charge. Elle doit en effet supporter son propre poids, le poids de la couverture, les surcharges climatiques (comme la neige) et les charges liées à l’exploitation (entre autres l’entretien). Elle transmet ces charges aux murs porteurs, qui les transmettent aux fondations.

La couverture vient ensuite recouvrir la structure porteuse.

Voir le projet Ooreka

La couverture

Elle assure une partie de l’étanchéité du bâti et elle a également une vocation esthétique. Elle doit être solide (pour résister aux impacts de grêle, par exemple), durable, conserver ses propriétés quelles que soient les conditions climatiques (elle ne doit pas geler ou se dilater trop sous le soleil).

La forme des éléments doit faciliter le ruissellement des eaux de pluie, pour ne pas créer de poches d’eau stagnante. Elle permet aussi dans certains cas de diriger l'eau de pluie vers un récupérateur, au travers du réseau de gouttière. Les unités doivent pouvoir être fixées durablement et le plus facilement possible sur la structure porteuse. Tous les matériaux qui permettent d’obtenir ces résultats peuvent donc être utilisés, sous certaines réserves.

Lire l'article Ooreka

Réglementation de la couverture de toiture

Avant de vous lancer dans de tels travaux, il est important de bien connaître vos droits et devoirs en la matière. En effet, des restrictions existent, limitant votre choix de couverture de toiture.

La législation concernant le lieu

C’est le premier des éléments. Il peut exister des réglementations nationales ou locales qui autorisent certains matériaux ou couleurs de couverture et pas d’autres. La demande de permis de construire va renseigner les autorités compétentes sur la nature de votre projet, y compris du point de vue de la couverture.

Prenez rendez-vous avec les services d’architecture ou d’urbanisme de la mairie du lieu de votre projet. Si vous pensez que votre demande risque d’être rejetée car elle n’est pas courante, essayez de trouver des habitations situées à proximité qui ont la couverture que vous envisagez. Prenez quelques photos et montrez-les lors de votre rendez-vous, cela peut aider.

Si vous êtes en copropriété, consultez également le règlement de copropriété, qui peut prévoir des clauses quant à la couverture. Idem dans certains lotissements qui contiennent un règlement dont une partie donne les couleurs ou les types de couverture autorisés. Ces règlements ne peuvent bien sûr pas faire obstacle à la législation locale ou nationale.

La législation concernant les matériaux

Sachez également que les matériaux de couverture doivent être aux normes afin d’être pris en compte par les assurances. Il peut arriver qu’un nouveau matériau n’ait pas fait l’objet d’une certification. Il faut alors être sûr que le fabricant assure à sa charge la qualité de celui-ci, c’est-à-dire que votre assurance maison puisse se retourner contre lui en cas de problème.

Même s’ils sont moins chers, soyez vigilants sur les matériaux et les produits importés. Tous ne sont pas mauvais, mais il faut être sûr qu’ils disposent, comme les autres, d’un marquage garantissant leur conformité aux standards français et européens (marquage CE), voire d’une qualité supérieure (certifications NF, KEYMARK ou CSTbat, par exemple).

Ils sont posés selon le DTU correspondant ou en l’absence de celui-ci, selon les préconisations du fabricant. Tous les matériaux de couverture traditionnels disposent d’un DTU.

Lire l'article Ooreka
Lire l'article Ooreka

Les types de couverture de toiture

Il existe de nombreuses couvertures de toitures, répondant ainsi à tous les goûts, tous les budgets et toutes les contraintes techniques.

Tuile en terre cuite

La couverture la plus répandue en France est en tuiles en terre cuite. Faites à partir d’argile cuite au four, les tuiles (et leurs profils) correspondent le plus souvent à des habitudes régionales et au climat local. Canal dans le Sud-Est ou plates dans le Nord, la forme implique un mode de pose particulier. Elles existent dans différentes couleurs, là encore selon leur profil.

Tuile en béton

Les tuiles béton reprennent les formes des tuiles en terre cuite mais avec un processus de fabrication utilisant le béton. Elles sont en général moins chères que les tuiles en terre cuite. Très résistants au gel et aux autres intempéries, les modèles de qualité ont une durée de vie presque similaire à ceux en terre cuite.

Ardoise

L’ardoise, naturelle ou artificielle, dispose d’une longévité exceptionnelle. Elle reste avec les propriétés et la couleur d’origine parfois plus de 100 ans. Elle demande par contre une forte technicité pour la pose, qui est réservée aux professionnels. Son poids est également supérieur à celui des tuiles, la charpente doit être prévue en conséquence.

Bacs acier

Les bacs acier sont des tôles profilées en acier protégé. Résistants et légers une fois en place, ils sont assez peu coûteux. Certains modèles dits « simple peau » peuvent poser des problèmes de condensation à l’intérieur. Le revêtement des bacs acier résiste assez mal à la pollution urbaine, surtout sur les modèles bas de gamme.

Tôle ondulée

Les tôles ondulées sont plutôt réservées aux bâtiments annexes (garages, abris de jardin, etc.). Légères, faciles à mettre en œuvre, elles ne sont pas toutes très esthétiques. Des modèles haut de gamme peuvent toutefois présenter des décors intéressants.

Fibrociment

Le fibrociment (en tuiles, en ardoises ou en plaques) a l’avantage de la légèreté. Il peut donc permettre d’utiliser des charpentes un peu moins résistantes. A contrario, il est moins durable que la terre cuite et il demande un démoussage annuel, au moins. Il peut devenir poreux avec le temps. La présence d'amiante dans les fibres est bien sûr interdite depuis longtemps.

Bardeaux de bois

Les bardeaux de bois sont principalement utilisés dans les zones de montagne. Esthétique et durable, le bois en couverture a également des propriétés d’isolation thermique et phonique. Il est par contre réservé aux professionnels, qui sont assez peu nombreux à disposer des compétences nécessaires.

Lire l'article Ooreka

Revêtements bitumineux

Les revêtements bitumineux (en rouleaux ou en bardeaux) ne sont en général pas autorisés par les mairies en couverture d’une habitation. Leur application est plutôt réservée aux bâtiments secondaires (annexes). Ils présentent pourtant d’indéniables avantages (coût peu élevé, facilité de pose, légèreté) et ils ont souvent une garantie décennale. Ils sont particulièrement employés aux USA et aux Canada. Les couvertures en polycarbonate transparent ou en PVC relèvent à peu près des mêmes utilisations.

Le prix d’une couverture de toiture

Le prix est variable en fonction du choix. À titre d’information, comptez à partir de 50  € du m² € HT  pour une couverture en tuile terre cuite, avec accessoires, sur un toit deux pans, fournie et posée par un pro.

Lire l'article Ooreka
Lire l'article Ooreka
Toiture

Toiture : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles pour vous aider dans vos choix
  • Des conseils sur l'achat et l'entretien
Télécharger mon guide

Aussi dans la rubrique :

Matériaux de couverture

Sommaire

Pour commencer

Couverture de toiture Matériaux de toiture

Toiture en ardoise

Toit en ardoise

Toiture en zinc

Toit en zinc

Toiture en acier

Toiture en acier

Toiture en béton

Toiture béton Tuile béton