Sommaire

La tuile faîtière est la finition du faîtage d'une couverture en pente ou d'un toit incliné. Elle habille le faîte, partie haute du toit (rencontre entre les deux versants), dans un but esthétique et dans un objectif d'étanchéité à l'eau. La tuile faîtière vient fermer la ligne de jonction supérieure de deux pans de toiture, et devient ainsi une ligne de partage et d'évacuation des eaux pluviales.

Les tuiles faîtières sont des tuiles galbées, arrondies, angulaires ou encore en chapeau qui sont disposées à cheval au sommet des deux versants d'une toiture.

Mise en œuvre des tuiles faîtières

Le faîtage est recouvert de tuiles faîtières, pièces en terre cuite ou autre matériau, qui peuvent être disposées jointivement bout à bout, ou à emboîtement ou à glissement.

Leur recouvrement entre elles doit se faire dans le sens opposé à celui des vents dominants pour éviter les phénomènes de soulèvement.

Il existe deux types de pose pour les tuiles faîtières : le faîtage au mortier et le faîtage à sec.

Faîtage au mortier ou maçonné

Dans ce cas, les tuiles faîtières sont scellées avec du mortier de chaux ou mortier bâtard. C'est un garnissage étanche réalisé sur la ligne de rencontre des deux pans de toit. Le mortier de chaux (mélange de ciment et de chaux) est le plus approprié car il empêche bien la pénétration des eaux de ruissellement grâce à la chaux. Celle-ci est plus élastique que le ciment trop rigide et sujet à fissuration. En effet, dans le cas d'une construction neuve, la construction se met en place, et le mortier a besoin de s'étirer ou de se rétracter sans laisser passer les eaux de ruissellement.

Les tuiles sont posées sur un lit de mortier posé de part et d'autre de la ligne de faîtage. La fixation des tuiles est alors assurée après avoir éliminé l'excédent de mortier pour une finition propre et solide. L'embarrure (lit de mortier) ne doit pas atteindre la tête de la tuile sous-faîtière.

Du mortier est souvent mis entre chaque tuile faîtière, en particulier quand elles ne sont pas à emboîtement. Pour les tuiles losangées, ce mortier est disposé en forme de crêtes.

Faîtage à sec

Dans le cas d'un montage à sec (sans mortier), les tuiles faîtières sont fixées par des clips, des clous ou collées avec un mastic polyuréthane. Pour assurer cette fixation, une lisse bois est positionnée en faîtage (sur la charpente) pour servir de rehausse à la tuile faîtière.

Il existe deux types de mise en œuvre du faîtage à sec.

Pose avec closoir

Le closoir est une pièce métallique, en plastique ou en matériau bitumeux, contribuant à l'étanchéité d'un faîtage suivant les préconisations du DTU 40.2 (Document Technique Unifié). Il vient se positionner sous les tuiles faîtières avec une partie centrale ventilée et des parties latérales venant épouser les formes du dernier rang de tuiles de chaque versant.

Pose avec sous-faîtières

Les tuiles faîtières viennent s'emboîter dans les tuiles sous-faîtières pour assurer une bonne étanchéité et permettre la ventilation nécessaire en sous-face des tuiles. Ces tuiles sous-faîtières placées en dernier rang de chaque versant ont une partie plate appropriée pour accueillir les tuiles faîtières. Ceci permet une finition uniforme, sans découpe de tuiles. Les sous-faîtières s'adaptent car elles peuvent être à 3/4 ou 1/2 pureau.

Accessoires de mise en œuvre

On utilise des faîtières d'about ou des frontons pour obturer et habiller les extrémités d'un faîtage. Lorsque les faîtières sont scellées, c'est le mortier qui est visible et qui sert d'obturation.

Des pièces de décoration peuvent être utilisées pour accompagner les tuiles faîtières : ce sont les épis de faîtage, élément décoratif en terre cuite placé aux points de rencontre des faîtages et des arêtiers de toiture. Il existe aussi des faîtières pour frise afin de réaliser une décoration sur toute la ligne de faîtage.

Pour les toitures à une seule pente, comme pour un appentis, on peut utiliser une tuile de rive « shed » sur laquelle vient s'emboîter la tuile faîtière. Ceci permet de finir la tête de mur et d'étancher l'ensemble. Cette finition peut être réalisée aussi en mortier ou en zinc.

Prévention pour les tuiles faîtières

Il vaut mieux prévenir que guérir. C'est pourquoi il est plus simple d'assurer une bonne mise en œuvre pour éviter les désordres plutôt que d'y remédier une fois qu'ils apparaissent. Il faut donc être vigilant sur différents points pour éviter les mauvaises surprises :

  • Si les tuiles faîtières sont mal posées, l'eau poussée par le vent peut s'infiltrer et soulever les tuiles.
  • La pose des tuiles faîtières se fait contre les vents dominants. Si les tuiles faîtières ne sont pas à emboîtement, elles sont scellées entre elles avec du mortier et avec recouvrement de 10 cm.
  • Le mortier doit être mis en place en temps tempéré et sec : entre 3 et 29°C.
  • Un mortier mal adapté (trop raide ou mal dosé) se fissure et laisse passer l'humidité. Avec le gel il peut éclater et il n'y a plus d'étanchéité.
  • La hauteur de la lisse de rehausse, dans le cas d'un faîtage à sec, doit être adaptée pour assurer un bon recouvrement du closoir sur les derniers rangs de tuiles.
  • Il faut surveiller la bonne tenue du scellement dans le temps : une tuile descellée peut aussi tomber et blesser quelqu'un.

Tuiles faîtières : les prix

Les tuiles faîtières se vendent à l'unité dans les magasins de bricolage ou au mètre linéaire chez les fournisseurs de matériaux.

Leur prix varie en fonction du type de tuiles entre 6 et 12 € l'unité (prix moyen). Les accessoires cités ici pour aller avec les tuiles faîtières ont des prix unitaires plus élevés :

  • entre 17 et 22 € pour un about faîtière ;
  • entre 18 et 25 € pour une faîtière shed ;
  • entre 5 et 11 € pour une tuile sous-faîtière.

Fourni et posée, le prix de la tuile faîtière est compris dans un coût global assurant la mise en place d'un faîtage à sec ou au mortier, comprenant la fourniture des tuiles faîtières, les rehausses (lisses bois), les closoirs et la main-d'œuvre pour un faîtage à sec. Les coûts pratiqués varient en fonction des régions et de la difficulté de travail, et des accès au chantier. Il faut compter entre 55 et 80 € du mètre linéaire. Un faîtage à sec avec des tuiles sous-faîtières spécifiques est encore un peu plus élevé.

Pour la mise en œuvre avec mortier de chaux - façon scellée, les coûts pratiqués varient de la même façon qu'un faîtage à sec mais sont inférieurs à celui-ci. Il faut compter entre 35 et 60 € du mètre linéaire.

Lire l'article Ooreka
Toiture

Toiture : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles pour vous aider dans vos choix
  • Des conseils sur l'achat et l'entretien
Télécharger Mon Guide

Aussi dans la rubrique :

Matériaux de couverture

Sommaire